Partagez|

Verres souvenirs et entrée subite...

avatar
Membre
Minami ShimadaMembre
Messages : 228
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 18
Localisation : Cachée (ou pas)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Verres souvenirs et entrée subite... Sam 7 Juil - 15:01

On dit que la nuit, tous les chats sont gris. C'est faux, un chat roux sera tellement clair par rapport au reste du décor sombre, qu'il ne sera pas gris, mais orangé. Roux. Pour dire que tous les chats sont gris, une fois la nuit tombée, il faut être aveugle ou complétement ivre. La nuit, les chats ne sont pas tous gris...
~



~5h du mat'~
Il faisait nuit. Nuit noire. Dehors le vent soufflait. Les nuages étaient absents. La lune éclairait le sol. Les étoiles se contentaient de l'accompagner de leurs faibles rayons lumineux. Les oiseaux dormaient. Comme presque tous les animaux. Les Hommes y compris. Ils restaient bien au chaud sous leurs draps. Le soleil n'apparaîtrait pas avant deux bonnes heures. La nature est si belle la nuit. Si mystérieuse. Il n'y avait pas de bruit. Pas de vie. Juste le petit oiseau qui depuis quelques minutes grignotait des miettes sur le rebord de la fenêtre. Puis une brindille craqua sous le poids d'un chat, roux justement. Le volatile s'envola, effrayé.
Deux pupilles noires. Entourées de verts clairs brillaient dans le noir. Vert clair. Le temps serait clément. Ces yeux verts étaient de véritables indicateurs météo. Vert clair, temps clair. Vert sombre, temps sombre. Et jamais cela n'avait loupé. A chaque fois, les yeux de cette jeune fille étaient dans le vrai du ciel. Ses cheveux roux enflammaient la pièce plongée dans le noir. Son visage était éclairé par la lune dont l'éclat traversait la vitre non prtégée par des volets. L'étudiante observait l'extérieur depuis environ une heure. Elle avait apperçu les renards qui rôdaient en bordure du bois. Les chats sauvages qui tentaient en vain de se mettre quelque chose sous la dent. Les oiseaux aventureux qui osaient manger les graines par terre. La rouquine était seule dans sa chambre. Sa coturne était rentrée chez elle depuis deux jours pour cause de blessure grave. Les professeurs n'avaient pas voulu lui en dire davantage. Du coup, elle était seule.
Elle s'assit sur le bord de son lit et frotta ses paupières. Elle s'étira en bâillant. Puis elle se leva et s'approcha du lavabo. Elle prit un verre et le plaça sous le robinet. Elle tendit sa main vers la poignée bleue et la tourna. L'eau coula dans le récipient dans un bruit délicat. Elle but le liquide, en laissant juste assez pour pouvoir l'admirer: limpide, transparente, si claire et pourtant si colorée dans cet environnement obscur. Des fraises étaient imprimées sur le verre. Hazuki en avait un elle aussi. A cette pensée, Minami sourit et ferma les yeux, se laissant aller à son passé.





~Flash back~
C'était pendant des vacances à Saint-Tropez. Si la jeune fille a oublié la date exacte, elle se souvient aujourd'hui encore de ce qu'il s'est passé. Hazuki et sa soeur aînée se promenait dans un quartier artisanal, non loin devant leurs parents. Elle passèrent devant une boutique ratachée à une cristallerie. Il y avait beaucoup d'objets. Mais ce qui attira le regard d'Hazuki ce jour là, c'était deux verres avec des motif de fraises. Ils étaient posés sur une table basse parmi d'autres verres, tous aussi jolis les un que les autres. Mais aucun n'étaient vendus par deux. C'est pourquoi Hazuki avait vraiment flashé.
Oh s'il te plaît! On peut les achetés? Les verres avec les fraises? Je t'en prie Onee-san!


Elle tira sur la manche du gilet de sa grande soeur en la regardant avec ses yeux suppliants.

-Ok ok. Allez viens.

La petite fille sauta de joie et s'accrocha au bras de son aînée. Ensembles elle payèrent les deux verres et sortirent, leurs deux visages joyeux. Et depuis ce jour, le souvenir de cet journée reste gravé dans la mémoire de la rousse.



~Fin du flash back~
La jeune étudiante rouvrit les yeux. Elle contempla son verre en essayant d'imaginer sa petite soeur. Certes, elle l'avait parfois embêté, mais jamais elle n'avait cessé de l'aimer de tout son coeur, sa soeur chérie. Elle reposa son verre et retourna dans son lit. Elle tenta en vain de se rendormir. N'y parvenant pas, elle décida d'aller s'asseoir à son bureau pour écrire. Elle sortit une feuille de papier et un stylo d'un tiroir et se concentra sur son travail. Car, au delà de son rêve de devenir chanteuse, elle voulait être auteur interprête. Après compositrice, elle verrait bien. Si elle était douée pour chanter, elle n'en était pas aussi sûre pour ce qui était de faire sa propre musique. Pourtant, ça pouvait être bien. Elle posa sa mine sur le papier blanc et commença.


Un matin tu verra
Celui que tu aimes sera là
Oui ce jour viendra
Et tu l'accueilleras!

Sois toujours toi
Garde confiance en toi
Ne baisse pas les bras
Reste bien là!

Pendant un instant, Minami resta face à sa feuille puis elle laissa tomber sa tête sur son bureau. Elle regarda son réveil, croyant haluciner. Elle avait mit un quart d'heure pour écrire ça. Elle avait du mal à s'imaginer auteur, devant écrire toutes ses chansons. Peut-être qu'au fond, elle ferait mieux d'être juste chanteuse. Bah! elle avait le temps d'y penser. La rouquine bondit sur son lit et sorit de sa table de nuit un mp4. Elle mit les écouteurs dans ses oreilles et mit la musique en marche.
~6h du mat'~
Cela faisait maintenant une heure que la demoiselle avait finit d'observer l'extérieur. Et en ce moment, elle commençait une chanson qu'elle adorait.

Hakuna matata
Mais quelle phrase magnifique
Hakuna matata
Quel chant fantastique!
Ces mots signifient, que tu vivras ta vie!
Sans aucun soucis
Philosopie
Hakuna matata...
[i][b]

Bien concentrée sur ses paroles, la rouquine n'avait pas remarqué que des bruits de pas se rapprochaient dangereusement de sa chambre. Rapidement, comme si la personne courait. Du coup, elle commença le couplet comique de la chanson.

[b][i]
Un jour quelle horeur
Il comprit que son odeur
Au lieu de sentir la fleur
Soulevait les coeurs...


Continuant le chant, elle ne prêta pas attention à la jeune fille qui venait de débouler dans sa chambre.

Je déclenche une tempête
A chaque fois que je pête!


Elle s'arrêta. La musique s'arrêta. Puis elle se retourna et vit la fille aux cheveux roses complétement allongée sur le sol. La porte fermée jsute derrière elle. La jeune rousse s'approcha de l'étudiante et s'accroupit devant elle. Toutes deux avaient l'air bien ridicules. Minami lui sourit.

-Ca t'arrives souvent de débarquer comme ça chez les gens? Haha! Nous somes toutes les deux dans une belle situation tu ne trouves pas? Au fait, comment tu t'appelles?


Dernière édition par Minami Shimada le Sam 7 Juil - 15:42, édité 1 fois (Raison : RP pas fini)
avatar
Hamster
Lyllou MiuraHamster
Messages : 152
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 21
Localisation : Dans le coeur d'une sucette !
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Verres souvenirs et entrée subite... Sam 7 Juil - 21:46

« Tout est bruit pour qui a peur. »
-Sophocle-

........

Se balancer lentement, laisser ses pensées divaguer ou au contraire ne penser à rien, regarder la couleur magnifique que peut avoir le ciel à l'orée du jour, sentir le vent se glisser dans sa longue crinière sauvage, fermer les yeux et se pencher doucement jusqu'à être totalement allongée sur une petite balançoire, la pointe des cheveux frôlant le sol sans le moindre bruit susceptible de briser le silence régnant au sein de ce joli coin de verdure.. Parfois, Lyllou aimait se retrouver seule au milieu de la nature, cela lui permettait de réfléchir à ce qu'elle pourrait faire de sa vie une fois ses études terminées : allait-elle être simple chanteuse de bar -ce qu'elle redoutait plus que tout-.. ? Pouvait-elle réussir à percer dans le monde artistique et faire partager son amour pour le piano et la musique ?
Beaucoup de questions sur son futur passaient par l'esprit de la belle lorsqu'elle se retrouvait assise sur cette petite planche de bois et qu'elle se mettait à se balancer telle une jeune enfant.. et ce pendant des heures et des heures...

Les premières étoiles montraient déjà le bout de leur nez, tout comme les animaux nocturnes qui venaient de se réveiller. Lou ne savait pas exactement depuis quand elle était posée sur cette balançoire mais, elle n'était toujours pas lassée de se balancer d'avant en arrière, d'une vitesse plus ou moins rapide selon sa pensée du moment. Tout comme avait disparu les rayons du soleil, la chaleur qui les accompagnait avait décidé de les suivre, laissant une grande fraîcheur dans l'air. Cela n'aurait habituellement posé aucun soucis à la jeune étudiante mais, n'ayant aucunement prévue de rester aussi longtemps dans son petit coin de réflexion, la belle n'avait pas enfilé de vêtement adaptés pour cette baisse subite de température et ce n'était pas le petit short et le débardeur qu'elle portait qui pouvaient réussir à la réchauffer correctement, la laissant frissonner...
Cependant, le léger rire qu'elle entendit à seulement quelques pas derrière elle lui réchauffa le coeur immédiatement. Elle l'avait immédiatement reconnu, même si elle ne comprit pas vraiment pourquoi cet homme se trouvait dehors au vu de l'heure. La demoiselle eut à peine le temps de tourner la tête vers le nouvel arrivant, qu'elle se retrouva avec une large veste sur les épaules, des bras chaleureux autour d'elle et un grand sourire sur les lèvres.



........


~~~ Frrrrrrh ~~~

Le petit bruit que Lyllou avait entendu en mettant le pied sur la première marche de l'escalier menant aux dortoirs l'avait stoppé dans son élan.. Elle tenta de monter un peu sans perdre son sang froid mais, un nouveau son parvint jusqu'à ses oreilles. Elle ne savait pas d'où cela pouvait provenir et ne voyait pas à plus de deux mètres devant elle, ce qui suffisait à la faire trembler de peur. Le noir avait toujours été la plus grande source de frayeur chez l'adolescente, et ce depuis sa plus tendre enfance, ce qui l'avait poussé à toujours emmener avec elle une minuscule lampe torche digne d'un minimoys. Mais, de nature extrêmement tête en l'air, ce "toujours" c'était transformé en "quand elle y pense", au bout de deux semaines à peine après cette grande résolution. Et cette nuit là, Lyllou n'avait pas pensé à prendre sa source de lumière...
Seule à l'entrée d'un escalier sombre, au sein d'une immense académie vide, de petits bruits se faisant entendre de tous les côtés... La musicienne eut la sensation de se retrouver au milieu d'un film d'horreur, et ses claquements de dents commençaient à briser le silence qui régnait dans ce lieu immense.

Dans un élan de courage (ou pour en finir au plus vite, tout dépend du point de vu que l'on pourrait avoir sur la situation..), Lou se mit à grimper les marches trois par trois, espérant arriver au bout le plus rapidement possible. Mais, plus le nombre de planche en bois présentes avant l'arrivée diminuait, plus la peur de la demoiselle s'accroissait, au point de lui faire accélérer le rythme. Il n'était pas rare que la jeune fille ait des moments de folies à cause d'une mauvaise sensation.. Cette fois, elle eut l'impression d'être suivie dans sa montée, comme poursuivit délibérément pour être attaquée. Sa vitesse augmenta encore et encore, mais le nombre de marche semblait infinie, interminable.. L'étudiante finit par trébucher et s'étaler le long de l'escalier. Dans un premier temps, elle n'osa pas bouger de peur qu'on puisse lui faire du mal, puis elle releva la tête et regarda tout autour d'elle, espérant voir une trace de l'origine des bruits qu'elle avait entendus mais, elle n'aperçut rien, rien du tout. Elle se releva donc dans un bond et reprit sa course folle contre une présence invisible.

Quand elle arriva enfin en haut des escaliers, elle se colla au mur du couloir et respira le plus silencieusement possible. Elle resta dans cette position un moment, sans savoir combien de temps exactement. Mais, quand elle se rendit compte qu'elle n'avait aucune raison de s'inquiéter et que les couloirs étaient bels et bien vide, sa dose d'adrénaline descendit subitement, laisse place à une douleur fulgurante au genou, qui la fit se poser sur le sol. En y regardant de plus près, elle crut voir une grande entaille et beaucoup de sang et, au vu de ce qu'elle ressentait, elle savait qu'elle ne serait pas étonnée si sa blessure était très profonde... Lou avait l'habitude de chuter, mais il était très rare qu'elle se fasse aussi mal, bien heureusement pour elle.
Dans un effort surhumain pour elle, la belle se releva en grimaçant et se remit en route pour rejoindre ce qui lui servait de chambre. Elle se sentait extrêmement bête d'avoir eu peur pour un simple petit bruit, sûrement dû au grincement de l'escalier ou au craquement d'un vieux meubles en bois.. Cependant, son apaisement fut de courte, très courte durée, quand un nouveau son résonna dans le couloir.



~~~ Frrrrrrh ~~~

Cette fois elle en était sûre, quelqu'un était dans les parages, elle pouvait sentir sa présence près d'elle. Les larmes lui montèrent aux yeux en quelques secondes à peine, et elle se mit à trembler de tout son long, sentant son genou faiblir de plus en plus. Elle se trouvait au milieu de l'un de ses plus grands cauchemars et voulait à tout prix en sortir. Quand elle sentit qu'on se rapprochait lentement d'elle, Lyllou poussa un petit cri à moitié étouffé par la main qu'elle plaque contre sa bouche, et elle se força à oublier la douleur qui la tiraillait pour se sauver rapidement. Trois secondes plus tard, elle se retrouva en train de courir encore et encore à travers les couloirs, cherchant désespérément un abri contre celui ou celle qui lui jouait un mauvais tour. Au bout de quelques minutes d'angoisse, Lou aperçue une lumière au bas d'une porte. Sans savoir à qui pouvait appartenir la chambre, elle accéléra en serrant les dents pour ne pas hurler de douleur, et sauta sur la poignée de la porte pour l'ouvrir, entendant un léger fredonnement.

Un jour quelle horeur
Il comprit que son odeur
Au lieu de sentir la fleur
Soulevait les coeurs...
Je déclenche une tempête
A chaque fois que je pête!


A peine arrivée dans la pièce, son genou la fit tellement souffrir que Lyllou s'effondra sur le sol et s'y étala de tout son long. Ses joues étaient noyées à cause de la peur qu'elle venait de subir, et elle refusait de faire le moindre mouvement, craignant d'être arrivée dans un piège. Elle ne savait pas qui avait pu lui faire une mauvaise blague, mais cette personne devait la connaître un minimum pour savoir que l'étudiante avait une peur bleue du noir.
Lou n'avait toujours pas relevé la tête lorsqu'elle entendit des bruits de pas. Elle sursauta par surprise, avant de penser qu'elle se situait dans la chambre d'un ou une étudiante qu'elle ne connaissait surement pas. Il était tard, et elle se sentait honteuse de déranger quelqu'un au vu de l'heure qu'il devait être...



«Ca t'arrives souvent de débarquer comme ça chez les gens? Haha! Nous somes toutes les deux dans une belle situation tu ne trouves pas? Au fait, comment tu t'appelles?»


La musicienne tourna doucement la tête vers la source de ces paroles et se força à sourire en voyant que son interlocutrice faisait de même naturellement. Elle avait mal, mais elle n'osait pas bouger de peur que la jeune rousse qui se tenait devant elle ne voit que son plancher avait comme qui dirait changé de couleur... Lou serra les dents un bon coup en se redressant du mieux qu'elle pouvait -sans pour autant tourner son genou vers celle qu'elle venait de déranger-, et frotta un peu ses joues avant de remettre un sourire sur ses lèvres, comme elle en avait l'habitude.


«Je suis désolée, j'ai vu de la lumière et je me suis précipitée ici sans me demander si j'allais réveiller quelqu'un ou non.. Mais cette situation est assez atypique oui ! Je me nomme Lyllou et toi ?»
avatar
Membre
Minami ShimadaMembre
Messages : 228
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 18
Localisation : Cachée (ou pas)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Verres souvenirs et entrée subite... Dim 8 Juil - 10:30

La peur est liée à un souvenir en général. Une piqure de guêpe dans notre enfance va nous donner une peur bleue des ces insectes, même en grandissant. La mort d'une personne qui nous est chère à cause de quelque chose comme le tabac peut nous dégoûter des cigarettes. La mémoire et les peurs nous protègent contre les erreurs, même si parfois on ne les écoute pas.

~

L'air embiant était plus chaud tout d'un coup. La jeune fille qui venait d'entrer soufflait très rapidement. Avec e rythme que l'on a après une course folle. Il faisait nuit. La seule source de lumière était la petite veilleuse posée juste à côté de la feuille mise à plat sur le bureau en bois. Le papier paint foncé n'y arrangeait rien. Et dehors, le soleil n'était toujours pas en train de monter dans le ciel. Quant au silence, il régnait toujours sur ce monde, opressant, écrasant. Pourtant, Minami aimait cette absence de son, cela voulait dire que tout le monde dormait, et donc que personne n'avait entendu sa chanson qui la rendait ridicule. Personne sauf cette fille. Elle était entrée juste quand elle avait dit...mieux vaut ne pas le répêter.

L'étudiante avait des cheveux roses aussi flashants que les mèches de feu de la rouquine. La pauvre était étallée par terre et ne bougeait pas. En même temps, elle avait fait une sacré chutte. Mina' avait entendu un gros BOUM quand la demoiselle était tombée. Ou plutôt s'était écrasée par terre. Oui, c'était le bon mot. Ecrasée. Comme une crêpe sauf qu'elle était en relief.

Puis, après un long moment sans bouger, elle se mit à sourire et se redressa. Enfin, elle se mit au même niveau que son interlocutrice rousse. Etrangement, son genoux resta tourné vers la porte. Peut-être au cas où elle voudrait s'enfuir rapidement. Pourquoi était la question.

«Je suis désolée, j'ai vu de la lumière et je me suis précipitée ici sans me demander si j'allais réveiller quelqu'un ou non.. Mais cette situation est assez atypique oui ! Je me nomme Lyllou et toi ?»

La lumière? Heureusement que la jeune rouquine travaillait avec une veilleuse. Et que la porte était ouverte, car sinon, Lyllou se serait prit une porte en bois dur dans la figure. Et ça lui aurait fait très très mal. Encore plus que sa chute sur le parquet. Lui aussi était très foncé. De sorte qu'on ne pouvait pas voir une quelconque tache. Ou un inscte répugnant et glauque. Beurk!

-Moi c'est Minami. Et ne t'inquiète pas j'étais debout depuis un bon moment. Mais ça va tu ne t'es pas fait mal au moins?

La jeune fille s'inquiètait effectivement pour sa camarade. En se redressant, elle avait fait une petite grimace. Et la rousse s'était tellement préoccupée de sa petite soeur que cette habitude la reprenait. Du coup, elle effectua un getse du quotidien, lorsque Hazuki se blessait: elle posa sa main sur les cheveux roses de la belle. Car oui, même si son visage était peu éclairé, elle était jolie.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Verres souvenirs et entrée subite...

Verres souvenirs et entrée subite...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» demande gif entrée
» Recettes d'entrées en vidéo.
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie :: Dortoirs :: Filles-