Partagez|

Signer son arrêt... d'emprisonnement. [PV Kyoya]

avatar
Membre
Wolf A. LichtMembre
Messages : 55
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Signer son arrêt... d'emprisonnement. [PV Kyoya] Sam 28 Juil - 9:20

Wolf marchait d'un air assuré et détendu. Il venait de finir les cours depuis une heure, et "visitait" Tokyo. Sa présence avait attiré plusieurs regards, de plusieurs personnes ; les asiatiques n'avaient pas pour coutume de voir des jeunes occidentaux trainer dans leurs pays. Cela faisait deux ans que l'allemand siégeait au Japon, et il avait déjà bien progressé dans cette langue. Toujours son accent paraissait, mais il s'en contrefichait ; il était presque bilingue. Son pays ne lui manquait absolument pas, pour diverses raisons personnelles. A vrai dire, il se disait japonais depuis quelques temps.

A un moment, il passa dans une rue qui lui parut mauvaise et malsaine. Il tourna ses yeux vers sa gauche ; un grand bâtiment gris-argent se tenait là, sobre, solennel, avec une odeur de cage et de rouille. Il frissonna, effrayé par la grandeur et l'onde qui se dégageait de cette bâtisse. Il comprit avec les kenji, que c'était la prison de la ville. Son visage passa de l'étonnement à une impassibilité déconcertante. Wolf était toujours comme ça. A cacher ses émotions. Il se croyait fort, car avec ce qu'il avait vécu, rien de pire ne pourrait lui arriver. Ce qui ne tue pas rend plus fort, mais en se levant ce matin, Wolf n'avait même pas songé une fois à ce qu'il allait lui arriver aujourd'hui.

Il décida de passer son chemin, après quelques minutes de contemplation. Contemplation perturbante pour lui, qui avait l'impression d'entendre les cris des prisonniers. Alors que bien sûr, cela n'avait rien d'une impression. Il avança alors, mains dans les poches, le regard baissé, comme s'il avait peur de se faire embarquer aussi pour être enfermé. Ce sentiment de se sentir coupable ne l'avait pas quitté depuis sa naissance, et était toujours présent avec le temps. Hélas. Parfois la vie transforme les gens à tel point qu'ils en deviennent fous et corrompus.

Le jeune allemand quitta presque la longue rue, mais ayant accéléré le pas instinctivement, il ne se rendit pas compte qu'il butta contre quelque chose. Un homme, de dos à lui, qui faisait à peu près sa taille, vêtu de noir, et entouré d'autres gens. Il s'excusa, agacé de devoir parler et de quitter son silence :

- Gomen. Désolé, je ne vous avais pas vu.


C'était une phrase bateau, mais il espérait qu'elle passerait.
avatar
Membre
Kyoya NakamuraMembre
Messages : 21
Date d'inscription : 20/05/2012
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Signer son arrêt... d'emprisonnement. [PV Kyoya] Sam 25 Aoû - 7:59

Une journée de détente pour Kyoya. Venant d’encaisser un petit pactole pour sa dernière missive, il s’accorda un petit jour de repos. Ce nouveau travail avait tout d’excitant et il en avait rapidement appris toute les ficelles afin d’en être le maitre. Le Génie d’informatique fit d’internet sa plus grande source de revenus. Il lui suffisait de retrouver un homme par le tracé de sa carte bancaire en piratant les données de la banques, ou encore de suivre grâce à des sources diverses le déplacement de la femme trompeuse. Les demandes des clients étaient bien diverses et parfois si agaçantes par leurs facilités. Toutes ces connaissances sur le hacking il put les apprendre auprès d’un autre hackeur de renommé. Mais ce dernier ne se trouve plus en ville. Il profite de ses énormes bénéfices pour voyager dans des grandes villes comme Los Angeles. Pour en revenir au présent, c’était donc le jour de repos de Kyoya. PC déconnecté et sa carte SIM de travail retiré de son téléphone contre celel qu’il utilisait pour ses quelques connaissances amicales, il était fin prêt pour une journée qu’il espérait pleines de nouveautés.

Il s’autorisait souvent quelques flâneries dans les rues, même lors de son travail d’ailleurs. Il aime ce monde, il porte un grand amour pour l’humanité et surtout pour ces derniers. Pourtant son amour n’as rien de saint. L’esprit est une chose que Kyoya a égaré depuis bien longtemps. Ce qu’il aime chez l’homme ce sont ses réactions faces aux situations surprenantes, effrayantes. C’est de les observer se débattre comme un papillon dans la toile d’une araignée, de lutter comme avec l’espoir d’être sauvé. C’est tout simplement de les voir vivre dans cette jungle féroce qu’est Tokyo. Le quartier où il résidait était du genre calme et prospère, pour assouvir ses désirs psychopathe il devait souvent prendre le train pour se rendre au cœur de l’immense ville, ou l’homme est le plus concentré. Mais cette fois il se contentait d’une simple promenade dans les rues saines de ce petit coin du japon. Et justement… il était bien trop paisible. Deux heures s’était écoulé et après avoir recherché un quelconque divertissement tout ce temps sans grande succès il se décida à le provoquer lui-même. Trois de ses amis le rejoignit rapidement après avoir reçu un petit SMS. Eux aussi avait des boulots plutôt relâches. Mh… en fait, la plupart de ses relations sont aussi clean que lui est saint d’esprit. Vendeur d’armes illicites, recéleur, voleurs… des amitiés forgés non dans la lumière mais l’ombres. Pourtant lorsqu’on regarde bien au fond d’eux, ils ne sont pas si méchants. Kyoya et sa bandes vivaient en au plein jour comme tout autre civil aux mains aussi blanche qu’ « ARIEL lave plus blanc que blanc ». ils riaient en plaisantant assis sur le banc d’un parc, buvait quelques verres dans des bars, sortait en soirées. Ils vivaient en quelques sortes une double vie, même si celle-ci s’éloigne à l’opposé de la vie de héros.

Une journée de détente pour Kyoya… avec ses potes s’étaient bien plus efficaces. Les anecodtes du travail, ou même encore les quelques rumeurs et légendes urbaines avait de quoi les occupés toute la journée. Ils avaient parcouru un bon chemin et venait d’arriver près d’un lieu qui fait fuir bien plus dangereux qu’eux. Non ce n’est pas l’église, de plus qu’importe le dieu, il ne pourrait surement pardonner certains de leurs comportement. Le bâtiment immense et peu discret se trouvait être la prison. Un immense cube de pierre, les barreaux aux fenêtres. Une sensation de gêne lorsque l’on passe à côté de ce bâtiment aux allures lugubres, il connaissait ce sentiment. Personne ne pouvait ignorer le malaise à se trouver prêt de ce genre de lieu. Ça et la prison avait des dons pour repoussés les personnes ayant quelque chose à se reprocher. Pourtant c’est bien a coté du grand mur de la prison qu’ils décidèrent de faire une pause dans leur marche. C’est un peu comme narguer les forces de l’ordre. Eux ne savaient pas qu’ils avaient les profils parfaits de la criminalité juste sous leurs pifs. En pleine conversation Kyoya ne put s’empêcher de placer une petite remarque que seuls ces trois hommes faces à lui pouvaient comprendre.

- Seiji n’aurait pas été ravi de nous accompagner jusqu’ici ~ maah je ne douterais pas qu’il m’en veuille encore

Ils riaient, comprenant tous le sens caché de ses mots. Seiji était… pas vraiment un ami, mais une bonne connaissance. Ils s’entendaient bien auparavant, jusqu’à ce que Kyoya change complètement. Ce n’était pas faute au garçon d’essayer de ramener son ami à la raison, mais depuis que Kyoya l’a écarté de son chemin en l’envoyant en prison d’un habile tour de passe-passe, leur relation s‘était … subitement dégradées. La discussion reprit de bon train, mais fut interrompu soudainement par un évènement perturbant et perturbateur. POUF, il se fit rentrer dedans ! Le silence accompagna l’arrivé de l’inconnu, et lorsque Kyoya se retourna pour observer le coupable, il eut le souffle coupé. Les yeux légèrement écarquillé de stupeur, la bouche légèrement entrouverte sous le choc. Qu’elle beauté, il en était essoufflée. Son cœur quant à lui avait une réaction bien plus sportive et fit un sprint dans la poitrine du jeune adulte. Devant lui se trouvait un ange ? Une nymphe ? Un mannequin ? Tombé sous le charme immédiatement, il ne se rendit pourtant pas compte que ce qu’il remplissait sa tête était tout simplement un coup de foudre. Mais Kyoya oublia bien vite cette sensation rapidement dévoré par les blessures du passé qui modifièrent sa façon de voir les choses. Son coup de foudre devint un ardent désir de posséder cette merveilleuse créature. Bien sûr il était diplomate et non un kidnappeur, c’est pourquoi il enfoui ce sentiment dérangeant derrière son sourire narquois et son regard rieur mais manipulateur d’un rouge vif et répondit avec un petit retard à l’excuse du garçon.

- Il faut faire plus attention, qui sait qui tu aurais pu percuter dans cet endroit !

Mouais, il était sûrement le plus dangereux de tous dans ce bout de rue, sans compter les emprisonnés, mais de toute façons ils ne peuvent accéder à l’extérieur.


- brrr cela fait froid dans le dos hein, je peux sentir le regard des tolards sur nous d’ici ~ enfin je devrais dire sur toi, mêmes au frais et condamner à se tripoter entre eux, ils savent encore reconnaitre la beauté lorsqu’ils la voient. Quel est ton nom ?


Un simple nom. Il voulait son nom, son prénom, quelque chose qui pourrait lui apprendre l’identité de ce garçon qui avait réveillé des fourmis et un esprit malfaisant qui s’amusaient avec ses entrailles et sa chaleur corporelle. Un simple nom lui suffirait pour qu’il trouve bien plus d’information à son sujet. Il se surprenait lui-même d’avoir lancé cette semi drague, lancé plutôt sur le ton de la plaisanterie et du dégout des regards qu’il pouvait vraiment discerner de derrière les barreaux de la prison. Qu’étais-ce… cette sensation déjà. Puis il se souvint de la politesse. Et oui au japon, lorsque l’on demande un nom, il est souvent bien vu de donner le sien avant, même si ce dernier n’avait rien d’un japonais, mais avec cet exotisme étranger et très attirant, la politesse s’appliquait aussi à lui.

- Ho j’en oubli même mes devoirs ! Je suis Nakamura Kyoya.

Signer son arrêt... d'emprisonnement. [PV Kyoya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?
» Arréter une diarrhée
» [Mairie] Béziers: arrêtés municipaux en application
» Arrêter le temps...
» Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo arrêté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville :: Services publiques :: Prison-